04/11/2003

La France, pays des extrêmes ?


La France perd confiance en elle-même avec l’évolution forcée de ses repères. La douce remise en cause de sa centralisation étatique égalisatrice jacobine, le débat sur la rigidité d'une laïcité pourtant aménagée pour certains, la fin du modèle de l'exception culturelle française et une économie qui accélère dans sa chute ont soudain vu apparaître des failles profondes, fondamentales.
Les libéraux français ont ici un rôle essentiel à jouer, à la condition qu’ils se remettent en cause au même titre que tous les français !

Le débat sur la laïcité révèle l’absence de solution miracle, morale ou pratique. On agrège le voile, l’Islam, l’Islamisme, les repas de cantine, les piscines aux horaires spécifiques non mixtes pour dresser un portrait confus et inquiétant d’une religion foncièrement inconnue de tous, attisant une peur nationale diffuse. De lourds problèmes sociaux locaux associés à un certain repli communautaire amplifient ce sentiment perturbant. Déjà, des voix s'élèvent pour exiger de nouvelles lois, de nouvelles règles nationales rigides, strictes et inutiles en lieu et place d'une gestion contractuelle, ferme et sereine, des problèmes rencontrés. Impasse assurée de l'absolutisme aveugle d'Etat.

Reste l’Etat, patriarche que l’on critique pour mieux en défendre les fondements, repère traditionnel que son archaïsme désarmant nous rend attachant. Dans un univers de plus en plus ouvert, dynamique et concurrentiel qui voir émerger rapidement de nouvelles puissances économiques et de nouvelles règles du jeu, les français pantouflent avec leur Etat mammouth et ferment les yeux sur le relevé de compte en imaginant que demain, tout ira mieux.
La décentralisation partiellement amorcée, l’introduction de critères de productivité, du sens du mérite dans l’administration, le débat sur son poids intenable nous obligent à regarder autour de nous, à nous remettre en question comme le reste du monde l’a fait depuis longtemps. Ce n’est jamais facile !

Quelles réponses apportent les partis politiques ?
Le PS n’offre aucune réponse et est en train de commettre la même erreur que la droite dans les années 80, cherchant sa frontière avec l’extrême gauche. L’UMP reste profondément centriste, immobiliste, appliquant quelques touches de réformes inachevées. Maintenant que sa cote de confiance est au plus bas, comment engager des réformes plus structurelles, abouties qui exigeraient un environnement stable, serein ?

Le FN, lancé par notre Tonton flingueur national dans les pattes de la droite, ne s'est pas révélé éphémère, le temps d'une campagne. Il atteint aujourd’hui 19 % et menace de prendre un jour la présidence de région face à une droite désemparée et une gauche en crise d'identité. Surtout que la relève semble assurée par la seule femme qui aura la direction d’un parti, une femme tonique et enthousiaste qui défendra bien le discours démagogique du repli national, opposé absolu de la mondialisation : Marine le Pen.

A gauche, après un succès électoral inespéré de l’extrême gauche trotskiste, les altermondialistes surfent sur une vague médiatique malgré leurs nombreux dérapages. LO et la LCR se regroupent et font monter la pression sur un PS en voie de liquidation idéologique. Ils vont sans doute récupérer les voix du PCF, lui au bord de la liquidation judiciaire. Dernier sondage IFOP : si 9 % reconnaissent avoir déjà voté pour l'extrême gauche, 22 % supplémentaires n'excluent pas le votre trotskiste à l'avenir !
Tout cela est plutôt inquiétant...

Les libéraux en France
La voie choisie par le reste du monde, c’est celle d’un certain libéralisme qui rend ses libertés fondamentales à l’individu, qui le responsabilise et s’appuie sur son dynamisme pour animer la vie économique et sociale. Les échanges, la solidarité, la création de richesse ne fonctionnent que libérés de contraintes étatiques obsolètes, périmées. La France ne pourra pas faire exception longtemps.

C’est pourquoi les libéraux français ont un rôle majeur à jouer sur l’échiquier politique malgré leur image hélas dégradée par certains médias dans l’esprit des français. Pour cela, il est incontournable que les mouvements, associations, cercles et groupes épars de même sensibilité se coordonnent dans l’action. Tant que, libéraux, nous ne nous organiserons pas pour gagner les cœurs et les esprits, nos idées resteront une utopie exotique suspecte sans force de conviction pour la majorité des électeurs.

10:17 Écrit par Alternative Lib | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

meats, fish, vegetarian or a cartier earring complete surprise tasting menu and lange tourbograph warn the kitchen of any gucci 8905 allergies. That's it. Without sight, Louis Vuitton scarf replica the flavors and smells -- replica breguet even the varying temperatures of

Écrit par : hfdh | 24/08/2010

Les commentaires sont fermés.