18/11/2003

La misère fiscale en France


La productivité française est remarquable. D'abord, pour avoir un job, il faut vraiment que ce poste rapporte à l'employeur afin qu'il puisse amortir charges, obligations, règlementations... et son profit en rémunération du risque entrepreneurial.
Plus surprenant à priori, nous retrouvons la même productivité chez nos hommes politiques-hauts fonctionnaires (ou l'inverse, on ne sait jamais vraiment) : un travail étonnant aboutit à une logorrhée législative épatante. Personne n'y comprend rien, l'ineptie de cette paperasserie permet de tout défendre et son contraire... et surtout à l'administration de ne rien changer. En fait, cette productivité, contrairement à son principe fondateur, est au service d'une valeur déduite (et non ajoutée !).
Le plus redoutable de tous les domaines créatifs de nos grands hommes, c'est la fiscalité, tantôt appelée directe, tantôt indirecte, parfois "charges sociales" non étatiques mais contrôlées par des "partenaires sociaux" que personne n'a jamais choisis dans le secteur privé (8 % de participation aux élections de représentants du personnel et de CE, c'est à dire 92 % d'abstention !).
Le total des ponctions forcées atteignent un niveau himalayesque en France dans les tranches hautes, ce que confirme une étude récente de UK Trade and Investment :

Un Tax Misery Index agglomère :
1) Taxe sur les sociétés
La France atteint un taux moyen 36 % comme l'Italie
Max = 43 % aux USA ou 40.8 en Belgique, 40.3 au Japon
Min = 16 % en Irelande, 25 % en Allemagne, 28 et 29 en Suède et Finlande
2) Taxe sur le revenu
La France est au top : 60.8 % devant la Belgique, la Suède, tous deux à 55, le Danmark à 59
Min = 40 % au RU, 42 % en irelande, 43 au Japon
3) Taxe sur la fortune
L'Espagne nous dépasse légèrement. Ensuite, loin derrière nous, seules la Suède et la Finlande ont une petite taxe de ce type, IVNI (Impôt Voleur Non Identifié) dans les autres pays riches.
4) Charges sociales de l'employeur
Nous sommes au top avec 45 % ! Loin devant les 37 de l'Italie, les 35 de la Belgique ou les 32 de la Suède.
Min = aucune au Danmark,7 aux USA, 10 au Japon, 12 en Allemagne, au RU et en Irelande.
5 ) Charges sociales de l'employé
Encore une fois, médaille d'or pour partagée entre la France et le Japon, à 18 %, loin devant les 13 de la Belgique ou de l'Allemagne.
Min = 4 % en Irlande, 6.5 en Espagne et en Finlande, 7 aux USA et eux Pays Bas.
6) TVA
La Suède et le Danmark nous dépassent avec leur 25 %, la Finlande à 22, la Belgique à 21 %.
Notre 20 % nous classe avec l'Italie et l'Irelande.
Min = 5 % au Japon, 8 % aux USA !

Globalement, la somme nous place au sommet du podium avec 181 % ! Applaudissements !!!
2eme et 3eme : la Belgique avec 164 % puis la Suède avec 149 %.On descend doucement vers les Pays-Bas (2.5 % de chômage pour rappel) à 130 %, le Danmark à 123, les USA à 113, le RU à 109 et enfin l'Irelande, la moins taxée (Hoouuuu !!!) avec 94 % de prélèvements maximum. Et avec autant peu de prélèvements, ils sont en excédent budgétaire ! La misère, quoi...
Pour le tableau : restez assis et cliquez ici.

16:50 Écrit par Alternative Lib | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Les impots servent à quelque chose. Ah le bon vieux dogme libéral sur les impots.
A votre avis pourquoi avons-nous un des meilleurs système de santé au monde contrairement aux USA(le plus cher et le plus inneficace parce que privé) ou à l'angleterre?
Pourquoi EDF n'a telle pas connu de coupures géantes comme en Californie ou en Italie. Parce que nous avons un monopole public financé par l'impot et non par des fonds de pensions.
Croyez-moi la qualité du service public en retour et bien supériure à l'impot que vous avez donné pour le bien de la collectivité.
Exemple EDF est l'entreprise éléctrique la moins cher d'Europe parce que les impots sont directement réinjectés dans l'entreprise. En revanche avec une entreprise privée, les profits sont réinjectés en bourse. Difficile d'avoir un bon résau aprés.

Écrit par : Antilibéral | 27/05/2007

Les commentaires sont fermés.