21/11/2003

100 minutes pour convaincre : Sarkozy


Nicolas Sarkozy sort du profil habituel de l'ENArque bien rôdé (et pour cause, il n'est qu'avocat), habitué aux cabinets ministériels et à la savante langue de bois. Notre ministre de l'Intérieur, lui, a appris qu'il y avait bien plus à gagner à ne pas s'inscrire dans cette usante tradition.
Arguments clairs (ça, il l'a beaucoup répété : "il faut être clair"), concis, percutants. Reconnaissance d'erreurs, de faux pas, notamment sur la Corse. Fermeté, même sur les sujets politiquement à la limite de l'incorrect.

Evidemment, lorsqu'un journaliste de France 2 cherche à le coincer sur une affaire courante ("un homme a crevé 8 pneus, rendez-vous compte !"), le talent avec lequel le ministre a réussi à coller le journaliste pourtant en charge du dossier dans les détails nous laisse admiratifs !
Plus un mauvais point pour ceux qui avaient une bonne opinion du travail d'investigation de France 2...France 2 se révèle à nouveau plus un chaine d'opinion, manifestement...

Tarek Ramadan fut brillant, également clair et concis. On peut même considérer que Sarkozy, en s'énervant un peu, s'est fait contrôler par le flegmatique théologien aux arguments subtils et efficaces. Ce dernier a reconnu quelques maladresse dans son fameux article sur le communautarisme juif pro-sioniste, il ne s'est toutefois pas excusé. Il a affirmé clairement que les violences conjugales, la lapidation taient à banir des valeurs contemporaines islamiques, ce qui n'est pas un mal pour l'exemple.
Sur le port du voile, il est resté plus mesuré et a cherché le compromis dont Sarkozy s'était fait préalablement le défenseur. Face à ce Ramadan en forme, difficile de dire lequel a coincé l'autre. Etait-ce le but ?

Enfin la dernière partie avec le Pen fut une partie plus facile pour Sarkozy. Le Pen, usé, s'énerva et perdit un peu les pédales face à un Sarkozy détendu qui menait la cadence, sans tabou ni sentiment coupable... en ministre qui assume pleinement ses actes, mêmes difficiles.

En conclusion, notre journaliste présentateur lui fit remarquer que Fabius, la dernière fois, avait avoué penser à 2007 en se rasant. Et Sarkozy ? La réponse fut nette : "Je n'y pense pas qu'en me rasant"...

15:32 Écrit par Alternative Lib | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Tarik Tarik Ramadan brillant ?? Immonde oui ! Notre frère musulman national a proposé un "moratoire" sur la lapidation, et non le bannissement.
En somme, attendons que l'Europe ait cédé à nombre de revendications islamistes (voile, jours de congés musulmans etc..) pour pouvoir enfin arriver à faire accepter la charia et lapider librement nos femmes adultères,
"car Allah est grand et miséricordieux.."

Écrit par : stgermain | 25/11/2003

KOBSH sur les plus hautes cimes J'ai longtemps voyagé dans ce monde virtuel, vu populace réactionnaire opiner et precher du vent. Jusqu'au jour ou je tombe dans le nid des libéraux, des vrais libéraux. Si certes votre pensée est à nuancer, elle change de la pensée collective,unique,préconcue et lassante du grand nombre.
Bonsoir
KOBSH tu n'est point populace
le radicalisme te lasse
Gloire à toi !

Écrit par : |Kobsh]Gigaone | 28/11/2003

On n'a pas du voir les mêmes 100 minutes "[Tarik ramadan] a affirmé clairement que les violences conjugales, la lapidation taient à banir des valeurs contemporaines islamiques"

Je rejoins stgermain, le commentateur précédent, et n'aurais qu'un mot à vous dire: magnétoscope.

Vous devriez en effet revoir cette émission à tête reposée. Si Ramadan vous a donné l'impression d'être "brillant et clair" vous ne l'avez manifestement pas vu s'embrouiller, chercher ses mots, louvoyer entre faux fuyants et démagogie et ne jamais, jamais répondre fermement et précisément sur une question aussi essentielle que le massacre de la moitié de l'humanité à coups de cailloux dès lors qu'elle décide de s'accorder une partie de jambes en l'air.

L'un dans l'autre, cet "intellectuel" musumlman est loin de m'avoir impressionné. J'imagine que comme tous les bons populistes, sont discours est du niveau des petits casseurs des banlieues parisiennes dont il fera probablement un jour le noyaux dur de ses bataillons de SA, que quiconque ayant acquis un minimum de culture.

Pour des raisons différentes des votres, je me réjouis cependant de cette émission. Ramadan face à Sarkozy a démontré de lui même qu'il n'était finalement qu'un Le Pen des islamistes francophones.

A l'inverse, lorsque je lis votre post, j'ai bien peur d'être un des rares (avec stgermain en tous cas) à l'avoir remarqué.

Écrit par : Jules le Renard | 01/12/2003

Vivant hors de France, je peux vous dire que notre président est vu comme un phénomène ! Entre Carla Brunie, son tempérament légèrement impulsif et son "omniprésence" il amuse beaucoup. Le niveau de la France ne vole pas haut, tout comme pour son compatriote Berlusconi ( Souvent ils vont de paire dans les commentaires ). Je n'ai rien contre notre cher président, je ne fais que constater. Par ailleurs, il a un petit air de Louis de Funès avec toutes ses mimiques vous ne trouvez pas ? Mais c'est un habitué, avec tous ses excès de médiatisation notre président en fait du cinéma.

Écrit par : Jogos de carros | 20/09/2010

Les commentaires sont fermés.