03/12/2003

Le vent de la réforme passera t-il le Rhin ?


Le CDU allemand (chrétiens démocrates dans l'opposition parlementaire qui, alliés au CSU, alignent tout de même, à un an des élections, 47 % des intentions de vote contre 27 % pour le SPD du chancellier Schroëder !) a entamé une révolution culturelle lors de son congrès annuel le 1er décembre, sous la ferme et tonique présidence d'Angela Merkel.
Les femmes politiques, on le constate encore, ont souvent plus de courage et de bon sens que les hommes, carriéristes et opportunistes au détriment du courage réformateur.

Sous la houlette de l'ancien président de la république, Herman Herzog, elle a présenté un projet de réforme du système des cotisations sociales fondé sur l'abandon de l'assiette sur les salaires pour passer à un système forfaitaire. Fin du système redistributif !
En échange de la disparition des charges sociales (!!!), la "prime santé" serait de 200 euros par mois par cotisant, la solidarité et la prise en charge des enfants devant être prises encharge par l'impôt. L'assurance dépendance serait remplacée par un système de capitalisation sur 30 ans.
Le CSU, pour l'instant, n'est pas favorable à cette idée. Mais le vent des réformes qui souffle en Allemagne devrait rapidement balayer les conservatismes au sein des partis.

Egalement, l'âge de la retraite passerait à 67 ans, une simplification massive de l'impôt sur le revenu : suppression de toutes les niches en échange d'un abaissement des tranches, réduites à 3 : 12, 24 et 36 % !

Résultat dans la salle du congrès après l'annonce de ce projet ambitieux : plus de 5 minutes de standing ovation !!! L'enthousiasme est bien là.

Espérons que le dernier bastion du conservatisme européen, la France, saura en tirer la leçon au moment où la base des électeurs et des élus de base de la majorité commence à gronder face à l'immobilisme général du gouvernement (et de son président, "alterdroitiste").

10:50 Écrit par Alternative Lib | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.