10/08/2004

L'indice EFW (liberté économique dans le monde)


L'Institut Frazer suit depuis 1986 l'évolution de cet indice par pays avec le soutien actif de nombreux prix Nobels d'économie (Milton Friedman bien sûr, Gary Becker, Douglass North...).

Les ingrédient de cet indice reconnu dans le monde entier reposent sur le degré de choix personnel, d'échange volontaire, de liberté de concurrence, de protection de la personne et de la propriété privée. Leur respect par les institutions et les politiques mises en oeuvre s'avère particulièrement important dans le calcul de l'indice. 21 composants, eux-mêmes divisés en sous-composants, permettent un jugement sur 5 domaines principaux :
- Taille du gouvernement (dépenses, taxes et entreprises)
- Structure judiciaire et droits de la propriété
- Accès à une monnaie saine (inflation maitrisée, circulation et change fluides)
- Libre échange
- Règlementation du crédit, du travail et de l'activité économique



Globalement, Hong Kong est loin devant avec un indice global de 8.7/10 (la maison-mère, la Chine, est 90eme avec 5.7 !). Singapour suit avec 8.6. Ensuite, la Nouvelle-Zélande est notée 8.2 comme la Suisse, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Loin derrière, la France apparait en 44eme position avec 6.8, loin derrières nos partenaires occidentaux, avec l'Afrique du Sud, la Lithuanie, le Pérou, l'Uruguay et Malte.
Dans le détail, nous sommes 17emes avec 9.6/10 en termes d'accès à une monnaie saine, 23emes avec 7.4 en termes de structure judiciaire et de respect de la propriété privée, 24eme avec 8.1 dans la mesure du Libre-échange. La règlementation économique nous voit déjà descendre en 33eme place avec 5.4 seulement, et la règlementation du marché du travail est pire : 45eme place avec 5.1. Mais le pire score est celui du poids de notre Etat qui nous place en 122eme position avec 2.8/10 !!!
[avant nous, la Hongrie, la Rép Tchèque, le Bostwana, l'UEA, le Costa Rica et le Salvador ...]

Il est intéressant de voir que notre indice n'était que de 5.4 sous Giscard, 5.7 dans les années 80 avant de passer à 6.8 en 1990 puis à 7 en 2000, vite retombé à 6.7 en 2001.

Les chiffres de la Banque Mondiale (qu'a dirigé Stiglitz pour rappel) indiquent que le taux de croissance, l'espérance de vie, le taux d'alphabétisation, la liberté politique et le revenu moyen des 10 % les plus pauvres sont les plus élevés dans les pays qui disposent de l'indice le plus fort.

15:20 Écrit par Alternative Lib | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

OK OK C'est vrai, Johann s'en est fait l'écho il y a quelques temps déjà :

http://www.johannorberg.net/?page=displayblog&month=7&year=2004#363

Écrit par : Fabrice Ribet | 10/08/2004

Les commentaires sont fermés.